Entrevue improvisée avec Lionel Bensemoun, l'instigateur du Consulat

 Lionel Bensemoun, instigateur du projet, Cyrielle Hariel et Pierre-Samuel Guedj, contributeurs

Lionel Bensemoun, instigateur du projet, Cyrielle Hariel et Pierre-Samuel Guedj, contributeurs

Lionel a ouvert le Baron il y a 10 ans à Paris, des restaurants, une villégiature en Toscane et bien d'autres lieux clés de la vie branchée... et engagée !

L'équipe Artwork in promess l'a rencontré au cours d'une visite improvisée du Consulat, sa nouvelle lubie culturelle située temporairement au 30 rue Ballu. Nous souhaitons vous faire partager l'histoire, l'intention très forte de cet endroit atypique, où on se sent si libre, si attentif aux problématiques de la vie qui nous entoure aujourd'hui...

Pas de photo cette fois, c’est un lieu à vivre et à découvrir, faites nous confiance et laissez vous surprendre.

Lionel Bensemoun
"Durant le mois d’Août, j'ai pu découvrir cet immeuble rue Ballu. Il était à louer. Les studios variété, une école de danse, de chant et de musique était installée là pendant 20 ou 30 ans, c'était une petite institution à Paris. Surtout dans les années 90, leur grande époque !
Quand j'ai découvert le club insonorisé à l'étage dans ce bel immeuble (extrêmement rare à Paris), j'ai eu envie de faire un lieu qui m’intéresse, je voulais apporter un peu de sens à la fête.

J'ai voulu essayer de faire un lieu qui allait réunir toute une tribu parisienne branchée qui me suit depuis longtemps autour de la musique, de l’art aussi, et tout le milieu associatif que je fréquente actuellement et qui disent de très belles choses. Je voulais parler avec eux du futur et de ce qu’on peut faire aujourd’hui, de raconter toutes les alternatives qui se proposent à nous pour essayer d’être un peu plus responsables, un peu plus engagés.

DANSER, RÉUNIR, PENSER, AGIR

C'était nécessaire de mélanger le monde des associations engagées, le monde créatif, le monde de la nuit, et d'utiliser la danse pour réunir les gens. En gros c’est ça l'histoire qu'on veut écrire avec le Consulat : danser, réunir ; penser et agir.

Le Consulat, c’est un lieu éphémère, il va rester juste 30 jours ici, maintenant plus que 20 jours, et on va essayer de le déplacer, de le rendre itinérant. Là on fait un numéro zéro, un petit labo, on l’a vraiment construit en mode participatif. C’était tellement à la dernière minute qu'actuellement, chacun arrive chaque jour en proposant ce qu'il peut apporter. Nous remplissons le programme comme ça, au fur et à mesure, et ça se fait super bien.

Dans le milieu associatif on a un contenu assez conséquent qui arrive, avec plein de grands penseurs qui vont nous raconter de belles histoires. Il y a le bien être aussi qui prend une grande place dans ce lieu: Le Yoga, le Mantra... Il y avait une session hier, ils étaient une trentaine dans une pièce à chanter, c’est Aurore et Maud qui ont organisé ça, c'est super !

L'Art

Et enfin, il y a aussi l’art, l’art engagé. Tous les artistes qui ont un rapport à l’écologie, l’environnement, ou des messages un peu plus économiques et sociales, ça (il se tourne et montre de la tête une oeuvre monumentale dans la cour intérieure) c’est Nicolas Lefebvre. Je l’ai croisé dans la rue par hasard, vous allez le voir à mon avis vers 17h, la galerie arrive, elle va présenter tous les artistes qui sont accrochés. En fait, ce n’est pas vraiment une galerie, c’est une association aussi qui s’appelle COAL, elle bosse sur l’art et l’environnement. Mais dans le cas de cette oeuvre monumentale, Nicolas a vu le lieu après notre rencontre et a dit “j’arrive demain”. Le lendemain il a tout installé. C’est super beau. Il récupère ses pièces un peu partout dans le monde en voyageant, il réunit, il mélange, il fait des totems, ils sont très puissants.

On essaie de prendre la parole avec beaucoup d’artistes et de créateurs qui ont quelque chose à dire. COAL mobilise les artistes et les acteurs culturels sur les enjeux sociétaux et environnementaux et accompagne l'émergence d'une nouvelle culture de l'écologie, ils sont aussi spécialisés dans le currating. En quelques jours ils ont organisé l’exposition qu'on vernit aujourd'hui. 

Être engagé grâce à la fête

Le lieu c’est une salle à louer. J’ai mis un gros budget là dedans, c’est mon asso qui produit l’événement, elle s’appelle GANG, Groupe d’Action Néo Green. On fait plusieurs actions où on essaie d’utiliser une grammaire un peu différente des associations engagés et écologistes, On utilise pas mal la fête ou des actions rigolotes pour interpeller. Il y a un an contre Monsanto, on a organisé une fausse conférence de presse.

On utilise des trucs un peu décalés pour attirer les médias et avoir un peu plus de portée que les autres acteurs du milieu...

Autour du Consulat il commence à y avoir beaucoup de retours, tout le mois on a un gros calendrier de télé, de web, des médias qui vont venir pour raconter ce qu’il se passe ici. Je pense qu’il va y avoir une belle visibilité.

Ce soir (samedi 10 septembre) on ouvre le restaurant avec Refugees food festival, ils ont Emad, un réfugié qui est un super chef ! Le vernissage de l'exposition est à 18h, et ce soir au club c’est Paulo and Pan, un groupe de musique qui va sortir un album à la fin du mois. C'est très bien.

Le club est ouvert du jeudi au samedi, même parfois le mardi, ça dépend des jours, on rajoute des événements car il y a d’autres artistes qui arrivent et qui se proposent et qui sont en train de remplir les cases. Il y a du monde, avec LAFEMME on a eu 700 personnes c’était blindé ! 

Jeudi on a ouvert il y a eu beaucoup de monde, du genre 600-700 personnes bien étalées entre 18h et 2h. Mais maintenant il faut qu’on prenne le temps, qu'on arrive à raconter ce qu’il va se passer ici, qu’on mette le programme en ligne !

Scène artistique ouverte et participative

On est vachement à la bourre, on était pas beaucoup à faire tout ça, pendant 15 jours on était que deux ! Au mois d’août il y avait juste Dipsy et moi, et tout le monde était en vacances. Le 1er septembre, ils sont rentrés et on a commencé enfin à avoir des retours ! L’asso La Sauge qui joue le jeu, et d'autres associations qui viennent nous aider à faire ça. Les artistes aussi répondent, et ce qui est vachement bien, c’est que depuis quelques jours, il y a eu 4 ou 5 nouveaux artistes qui sont venus intervenir directement sur les murs.

Donc c’est toujours possibles pour des artistes de venir se présenter et venir intervenir, il faut qu’il y ait quand même un petit thème, un lien avec ce qu’on veut raconter. Il y en a un autre qui arrive demain, il m’a montré son boulot hier, Toc Toc je crois qu’il s’appelle, superbe ce qu’il fait, ce sont de très beaux messages ! Donc voilà tout le monde prend possession du lieu petit à petit, c’est très participatif.

Vous aussi vous pouvez faire une petite après-midi RDV à des gens pour raconter ce que vous faites, votre site, c’est un lieu ouvert, on a un étage co-working, vous pouvez organiser un petit meeting, une présentation de votre boulot dans le mois, quand vous voulez, ça marche comme ça.

On a aussi une petite radio, radio GANGSTERRE qui est top !
On a besoin de bénévoles ! Si vous êtes engagés et concernés par nos problématiques autour de penser, agir, danser et réunir : rejoignez-nous ! "

Le programme des événements arrive peu à peu sur Facebook, likez la page du Consulat pour rester au courant. Dêpéchez-vous d'aller voir ce qu'il s'y passe, c'est gratuit toute la journée et seulement 5 euros après 20h, et avec des prix très raisonnables pour les boissons ou la cuisine.

Et si vous êtes artistes, allez vous présenter, le staff est accueillant et vous pourrez sans problème y laisser votre empreinte !

Le Consulat
30 Rue Ballu, 75009 Paris
jusqu'au 30 septembre
Gratuit jusqu'à 20h, puis 5€

www.leconsulat.org